147931

Springer, Dordrecht

2012

224 pages

ISBN 978-94-007-1813-5

Phaenomenologica
vol. 202

Le vivant et sa naturalisation

le problème du naturalisme en biologie chez Husserl et le jeune Merleau-Ponty

Frédéric Moinat

Ce volume propose une étude articulée de Husserl et de Merleau-Ponty qui prend comme perspective la dimension épistémologique de leur philosophie relativement à la biologie. Chacun à sa manière, ils se sont penchés sur le statut ambigu de la biologie et sur l'épineuse question du naturalisme, à savoir : dans quelle mesure les êtres vivants peuvent-ils être appréhendés comme des ensembles de processus physiques et chimiques ? La confrontation de leurs deux contributions à la question offre un éclairage quia conservé toute sa pertinence, alors que le développement de la biologie moléculaire et des neurosciences contemporaines a amené un retour du paradigme naturaliste en biologie. L'étude débouche sur une mise en perspective avec la théorie biologique de l'autopoïèse élaborée par F. Varela et H. Maturana. L'enjeu final est de proposer une théorie de la biologie qui respecte son irréductibilité tout en tenant compte du rôle de plus en plus important que les approches physico-chimiques jouent dans notre compréhension des êtres vivants.

Publication details

DOI: 10.1007/978-94-007-1814-2

Full citation [Harvard style]:

Moinat, F. (2012). Le vivant et sa naturalisation: le problème du naturalisme en biologie chez Husserl et le jeune Merleau-Ponty, Springer, Dordrecht.

This document is unfortunately not available for download at the moment.